Articles

Julian Barnes : La seule histoire

Image
Un premier amour détermine une vie pour toujours : c'est ce que j'ai découvert au fil des ans. Il n'occupe pas forcément un rang supérieur à celui des amours ultérieures, mais elles seront toujours affectées par son existence. Il peut servir de modèle, ou de contre-exemple. Il peut éclipser les amours ultérieures ; d'un autre côté, il peut les rendre plus faciles, meilleures. Mais parfois aussi, un premier amour cautérise le coeur, et tout ce qu'on pourra trouver ensuite, c'est une large cicatrice. Paul a dix-neuf ans et s'ennuie un peu cet été-là, le dernier avant son départ à l'université. Au club de tennis local, il rencontre Susan - quarante-huit ans, mariée, deux grandes filles - avec qui il va disputer des parties en double. Susan est belle, charmante, chaleureuse. Il n'en faut pas davantage pour les rapprocher... La passion ? Non, l'amour, le vrai, total et absolu, que les amants vivront d'abord en cachette. Puis ils partent habiter à

Michelle Pedinielli : Boccanera

Image
. Bien entendu, cette enquête est un prétexte à visiter les lieux ! Si l’on en croit le reste de l’Hexagone, à Nice il y a le soleil, la mer, des touristes, des vieux et des fachos. Mais pas que. Il y a aussi Ghjulia - Diou - Boccanera, quinqua sans enfant et avec colocataire, buveuse de café et insomniaque. Détective privée en Doc Martens. Un homme à la gueule d’ange lui demande d’enquêter sur la mort de son compagnon, avant d’être lui-même assassiné. Diou va sillonner la ville pour retrouver le coupable. Une ville en chantier où des drapeaux arc-en-ciel flottent fièrement alors que la solidarité envers les étrangers s’exerce en milieu hostile... Au milieu de ce western sudiste, Diou peut compter sur un voisin bricoleur, un shérif inspecteur du travail, et surtout une bonne dose d’inconscience face au danger Un polar sympathique, mais qui n'a rien de nouveau, ni de transcendant. L'un des intérêts de ce roman se trouve dans la description de la ville de Nice. Michèle Pedinielli

Jean-Baptiste del Amo : une éducation libertine

Image
Vivement conseillé par un membre du groupe dont c'est si j'ai bien compris le roman préféré à lire et relire. Donc acte, je me le suis procuré et je l'ai lu. Paris, 1760. Gaspard, jeune Breton qui a fui la porcherie parentale, se trouve brutalement plongé dans l'univers grouillant et pestilentiel de la capitale, par un été caniculaire. Gaspard se retrouve d'abord pris en main par Lucas, un ouvrier qui travaille au déchargement de billes de bois sur les quais de Seine. Il vivra avec lui sa première relation sexuelle, puis dérivera peu à peu vers la prostitution, éduqué par un libertin pervers, Etienne. Gaspard n'est cependant pas une victime : il veut arriver, et se montre prêt à tout pour quitter à jamais le souvenir de Quimper et de sa mère « qui sentait la truie ». Il pénètre ainsi dans une société huppée et décadente, séduit des aristocrates, connaît la richesse avec l'héritage d'un de ses amants, le baron Raynaud. Il finit par épouser la fille du c

Colm Toibin : Histoire de la nuit

Image
C'est l'époque de la dictature en Argentine. Richard Garay est contraint de réprimer sa sexualité devant la société et devant sa mère, une Anglaise qui déteste ce pays. Pendant ce temps, Richard traverse l'histoire douloureuse d'un pays qui peine à se remettre de ses blessures à répétition causées par la guerre contre la Grande-Bretagne, les procès contre les militaires, la corruption, jusqu'à ce que l'amour et la tragédie s'installent définitivement dans sa vie. La construction du roman est perspicace, la présentation du noyau incandescent du livre est décalée intentionnellement vers son dernier quart du roman: une histoire d'amour homosexuelle. Les images sont fortes : les débuts sexuels dans un cabanon de campagne, un garçon confessant son homosexualité à sa mère très vieux jeux ; la chasse au plaisir dans un sauna pour hommes ; un malade du SIDA dans une solitude déprimante hospitalisé dans un hôpital public. Enfin, la virtuosité du langage est par

R.J Ellory : les assassins

Image
Lu récemment : R/J ELLORY : les assassins : 8/10 Sur dix-huit mille assassinats par an aux États-Unis, seulement deux cents sont le fait de tueurs en série. Aussi les forces de police ne privilégient-elles que rarement la piste du serial killer. Lorsque quatre homicides sont commis en quinze jours à New York, selon des modes opératoires complètement différents, personne ne songe à faire un lien entre eux. Personne, sauf John Costello. Documentaliste au City Herald, et véritable encyclopédie vivante des serial killers, John Cet surtout unique survivant un survivant d'un tueur en série surnommé "le marteau de Dieu" "Hammer of God" en 1984 dans le New Jersey. Lorsqu'il établit le lien entre les meurtres qui se sont produits dans le passé et ceux qui se sont produits dans le présent, il est enrôlé pour aider et attraper "l'homme anniversaire" (titre original et bien plus parlant que le français) par le détective du NYPD Ray Irving. Mais ce d

#DonWinsllow : #corruption

Image
QUAND TOUT LE SYSTÈME EST POURRI AUTANT JOUER SELON SES PROPRES RÈGLES Denny Malone est le roi de Manhattan North, le leader charismatique de La Force, une unité d’élite qui fait la loi dans les rues de New York et n’hésite pas à se salir les mains pour combattre les gangs, les dealers et les trafiquants d’armes. Après dix-huit années de service, il est respecté et admiré de tous. Mais le jour où, après une descente, Malone et sa garde rapprochée planquent pour des millions de dollars de drogue, la ligne jaune est franchie. Le FBI le rattrape et va tout mettre en œuvre pour le force à dénoncer ses coéquipiers. Dans le même temps, il devient une cible pour les mafieux et les politiques corrompus. Seulement, Malone connaît tous leurs secrets. Et tous, il peut les faire tomber… Je crois que " Corruption" est un roman que tout fan du genre noir ne devrait pas manquer. À de nombreux moments, le roman vous fait dresser les cheveux sur la tête, non pas tant à cause de la façon do

André Gide : le voyage d'Urien

Image
Voyage imaginaire, quête improbable… Urien et ses compagnons errent de la mer des Sargasses à la mer glaciale. « Ils ignorent leur destinée et ne gouvernent pas leur navire, mais un désir de volonté les leurre et leur fait prendre pour résolue la route que suivra leur nef hasardeuse. » Profondément marqué par le symbolisme, Le voyage d'Urien est une œuvre riche et ambiguë dans laquelle se mêlent poésie, émotion et ironie. Le Voyage d'Urien est un récit d'André Gide publié en mai 1893 par la Librairie de l'Art indépendant. Il est, dès sa première édition, illustré de lithographies spécialement réalisées par Maurice Denis, qui en est alors le coauteur. Cette fantaisie symboliste. Urien le narrateur mène 13 compagnons dans un voyage. 13 comme les apôtres du Christ mais ce n'est pas un prophète. Plutôt une sorte de personnage aux consonnances cosmiques. les voyageurs qui l'accompagnent sont un peu de faux chevaliers . parmi eux certains succomberont aux chants des